The Riot Club



Le Riot Club est réservé à l'élite de la nation britannique. Ce cercle, très fermé et secret de l'Université d'Oxford, fait de débauche et de l'excès son modèle depuis trois siècles. Miles et Alistair, tous deux étudiants en première année et descendants d'illustres familles, ne reculeront devant rien pour avoir l'honneur d'en faire partie... La compétition est lancée.


Loin des strass et des paillettes, la Danoise Lone Scherfig, peint une fable inquiétante et violente. Plus que le côté glamour (pourtant suggéré par le casting), la réalisatrice met en avant une jeunesse dorée vaniteuse, irrespectueuse et outrecuidante.

Le sujet n'est pas original, le dénouement relativement prévisible, tout s'enchaîne très vite, mais il me semble que la réalisatrice a réussi à installer un climat de tension intéressant. 

Si le film n'est, à mon avis, pas un chef d'oeuvre, nous pouvons tout de même saluer la performance de Sam Claflin, Max Irons et Douglas Booth, trio qui forme la relève des acteurs britanniques.


You Might Also Like

0 commentaires

Flickr Images