La prochaine fois je viserai le coeur


Mardi dernier, j'ai eu la chance de pouvoir assister à l'avant-première du dernier film de Cédric Anger : La Prochaine fois je viserai le cœur, avec Guillaume Canet.

Le film s'inspire d'un fait divers réel qui bouscula l'Oise pendant plusieurs mois, entre les années 1978 - 1979. A cette époque, un maniaque sévit dans le département en prenant pour cible de jeunes femmes prises au hasard et notamment des auto-stoppeuses. Mais l'homme réussit toujours à passer entre les mailles du filet... Il en réchappe d'autant plus facilement qu'il est en réalité un jeune timide mais très prometteur gendarme qui mène une vie banale et sans histoires au sein de sa brigade. Gendarme modèle, il est chargé d'enquêter sur ses propres crimes... Jusqu'à ce qu'il perde pieds...


Avec ce film, Cédric Anger signe le portrait d'un monstre discret, tourmenté, souffrant. Le film va bien au delà de la traditionnelle traque d'un meurtrier, il s'agit d'une plongée dans le quotidien du tueur, que Guillaume Canet sait rendre à la fois banal et terrifiant. La dualité du personnage, entre gendarme modèle et timide, et homme violent, nous mets dans une posture tout aussi divisée. Partagé entre l'aversion pour ce monstre qui tua des dizaines de jeunes filles, et l'empathie que provoque son état de souffrance intérieure, le tout accentué par un climat de tension permanent, le spectateur ne sort pas tout à fait indemne de la séance... 




A la suite du film, nous avons pu discuter, sous forme de débat, avec Cédric Anger et Guillaume Canet. Pour les petites anecdotes, sachez que le film a été tourné en seulement 6 semaines et que Guillaume Canet a donné de sa personne. Effectivement, pour tourner la scène de la rivière (je n'en dévoile pas plus...), l'acteur s'est réellement immergé dans l'eau qui était à... 5°C, la douleur qui en suit dans le film est elle aussi non simulée d'après la légende... ;)

Pour ma part, j'ai apprécié le film, et le conseillerai aux personnes qui aime les policiers français du même type que Le Petit Lieutenant. Ici pas d'explosion, de courses poursuites en voitures de sport... Le rythme est assez lent, mais le jeu de Guillaume Canet est très convaincant, il se fond dans le personnage et réussi, à mon sens, à exprimer toute la complexité de son personnage.

You Might Also Like

0 commentaires

Flickr Images