Book Fair #3... Le livre sans nom - Anonyme


Vous avez apprécié Machete de Robert Rodriguez ? Vous êtes fans des films de Tarantino ? Alors laissez moi vous emmener à Santa Mondega, une ville oubliée d'Amérique du Sud où sommeillent de terribles secrets... Un serial killer, amateur de bourbon, y assassine massacre tous ceux qui ont eu le malheur de lire un mystérieux livre sans nom (et quelques dizaines d'autres pour la forme il faut le dire).
Une miraculée aux allures de femme fatale, deux flics très spéciaux, des moines, des tueurs à gages et même Elvis, se croisent et se rencontrent avec pour point commun une pierre précieuse très convoitée...



Ce roman a fait le buzz dès sa sortie en Grande-Bretagne et s'est longtemps affiché parmi les meilleures ventes en France. Pourquoi ? Et bien d'abord grâce au mystère planant autour de son auteur. Publié sur le net, le manuscrit a très vite été repéré par les éditeurs... Mais l'auteur est un Mister Anonymous en puissance ! Seuls son agent et son éditeur anglais connaîtraient son identité et les rumeurs vont bon train ! Plusieurs noms ressortent : David Bowie ? Le Prince Charles (seriously ?!) ? Quentin Tarantino ? L'auteur a l'art de préserver le mystère et je ne m'avancerai pas sur la question, le principal n'est pas là (même si je soupçonne sérieusement Superman...)

Outre le buzz autour de cette identité secrète, ce premier tome de la tetralogie du Bourbon Kid nous entraîne dans un univers complètement barré où il n'est pas bizarre de voir Batman servir un verre de whisky à un membre de KISS. Un concentré de culture pop, imprégné de références cinématographiques (Seven, Usual Suspect, Desperado, El Mariachi... liste non-exhaustive), d'humour noir et d'excès d'hémoglobine à l'image des westerns spaghettis de Tarantino et de Robert Rodriguez. Ce roman est un hybride. L'auteur, avec une liberté absolue, joue avec les genres (thriller, western, fantastique...) et nous impose son second voir un troisième degré !
S'il ne s'agit pas d'une belle prose classique, l'auteur a cependant un style court, incisif et imagé qui rend la lecture très fluide et qui donne au roman des allures de script ou de storyboard. Les personnages stéréotypés, la violence, l'humour noir et les nombreuses références rendent ce livre résolument "Tarantinesque". Tous les fans du réalisateur se régaleront !
En bref, vous est-il déjà arrivé de vous réveiller un matin et de vous dire : "Mais qu'est-ce que j'ai pris pour faire un rêve pareil ?" Et bien lire Le Livre sans nom c'est un peu ça : excès, invraisemblances, associations improbables... Mais non vous ne rêvez pas... Vous êtes bien en train de lire !
Le Livre sans nom, Anonyme, éditions Sonatine, 460 pages. (Disponible également chez Le Livre de Poche).

You Might Also Like

0 commentaires

Flickr Images